Les coussins lyonnais pour voirie

Publié le 30 septembre 2020 » 310 Vus » Conseils & Bonnes Pratiques
 0 stars
Inscription to vote!

Un équipement routier essentiel pour limiter la vitesse sur la chaussée dans certaines zones

La sécurité des administrés constitue une préoccupation constante des municipalités. Notamment à proximité des écoles, les cyclistes et les piétons sont susceptibles d’être en danger quand les automobilistes ne respectent pas les limitations de vitesse et roulent trop vite. Or un coussin lyonnais limiteur de vitesse, en tant que surélévation partielle, oblige les conducteurs à ralentir dès qu’ils le voient. Il donne l’opportunité aux collectivités d’aménager des espaces urbains sécurisés tout en réalisant de précieuses économies sur leur budget. Posé sur la chaussée, sur les zones limitées à 30 km/h, il s’impose d’emblée aux automobilistes qui adaptent leur comportement en conséquence. Il s’agit donc d’un mobilier urbain efficace pour éviter les accidents. À noter qu’il est aussi appelé coussin berlinois ralentisseur.

https://www.dmcdirect.fr/

À quoi ressemble un coussin lyonnais ralentisseur ?

Le coussin lyonnais ralentisseur se présente en un seul bloc. Il est composé de béton blanc sablé. Pesant 2000 kg, il mesure 3000 mm sur 1800 mm de longueur pour 65 mm de hauteur. De fabrication française, il suit les recommandations du CERTU (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme). Grâce à ses couleurs dont l’une fait ressortir l’autre, il offre une très bonne visibilité, de jour comme de nuit. Cela d’autant plus qu’il peut être choisi en coloris rouge. Ajouter à cela, l’adhérence est favorisée par des rainures en creux de 7 mm. Par ailleurs, il possède un rappel de limitation de vitesse. Pour faciliter sa manutention, il dispose de quatre sangles plates qui peuvent être coupées après la pose. Son installation doit être faite en respectant quelques précautions de sécurités liées entre autres aux aménagements de la chaussée (avancée de trottoirs, rétrécissement de la chaussé…), à l’environnement (arbres, lampadaires…) et à la signalisation.

Partagez cet Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *