Facebook et Twitter, acteurs du e-commerce ?

Publié le 6 octobre 2014 » 1126 Vus » Actualités, News du E-commerce
 0 stars
Inscription to vote!

Lieux de rencontre majeurs du web, les réseaux sociaux peinent toutefois à s’imposer dans un secteur qui leur fait bien envie : le e-commerce. Avec des millions de dollars en jeu chaque année, ce secteur attise la convoitise des deux géants du social qui ont récemment annoncé vouloir toucher leur part du butin. Facebook et Twitter comme acteurs principaux du e-commerce, on y croit ? C’est ce que nous allons voir.

 L'e-commerce sur les médias et réseaux sociaux, un vrai projet ?

La difficile transition de l’image à l’achat

À l’heure qu’il est, difficile de considérer le réseau social Facebook ou le système de microblogage Twitter comme des géants du commerce. Si les deux sociétés sont cotées en Bourse, du côté de Wall Street, c’est plus par la vente d’encarts publicitaires et de solutions d’images aux entreprises que par leur capacité à vendre.

En effet, si de nombreuses entreprises ont pris place sur les deux places fortes du web et s’activent pour générer du buzz, c’est plus dans une optique de notoriété qu’autre chose. Sur l’un come l’autre, il est assez simple de fédérer une communauté et de l’impliquer dans une communication globale sur la marque via des petits messages que l’on prend plaisir à partager et relayer ou des concours. Mais il est difficile pour les marques d’évaluer concrètement le nombre de ventes générées par leur présence sur ces sites. Tout au plus est-il possible de savoir si l’on a fédéré plus de likes ou des followers que la concurrence.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé, en particulier pour Facebook qui a presque tout tenté : mise en place d’une monnaie virtuelle pour acheter des bonus dans les jeux en ligne et tentative de création d’e-boutiques sur les pages des marques, ce que l’on appela alors le F-commerce. Mais cette dernière expérience se révéla être un échec (explication) avec des internautes soucieux d’utiliser leur carte de crédit sur un réseau social ou des boutiques pas vraiment intéressantes vis-à-vis des véritables sites e-commerce des sociétés.

Autant dire que pour Facebook comme Twitter, la bataille va être rude pour permettre à l’utilisateur d’associer sereinement réseau social et achat en ligne. Mais il faut bien reconnaître que le jeu en vaut la chandelle tant le butin à se partager semble intéressant.

 Les médias sociaux à l'assaut de votre porte-monnaie

Un potentiel e-commerce gigantesque

Le nombre d’utilisateurs ayant déjà effectué un achat sur un réseau social est actuellement très faible (5 % des Américains selon un sondage Harris). Mais le chiffre le plus intéressant dans ce sondage est certainement celui qui nous montre que 20 % des Américains estiment pouvoir envisager un tel achat si les conditions sont favorables.

Partant des chiffres actuels, les experts estiment que si 20% des Américains effectuaient effectivement leurs achats sur les réseaux sociaux en ligne, les réseaux se partageraient un pactole de 56 milliards de dollars. A n’en pas douter, tous les acteurs du web social vont chercher à trouver le moyen de transformer notoriété en acte d’achat mais rien n’est gagné.

Maintenant, sachant que Facebook comme Twitter s’engagent sur la voie du e-commerce, reste à attendre et voir quelles stratégies vont être adoptées : nouvelle expérience commerciale et sociale, intégration d’une méthode ayant fait ses preuves dans un nouvel environnement ? L’avenir nous le dira, en attendant, peut-être, la venue d’un nouveau concurrent disposant d’un modèle économique  plus performant qui relayera la concurrence au cimetière des réseaux sociaux où Google Buzz et MySpace.

Partagez cet Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *